Miscelanea Pene Vidari
 
 

 

Gian Savino Pene Vidari (1949-2000)

 et l’Histoire de Nice

 

 

Pour citer : Michel Bottin, « Gian Savino Pene Vidari (1940-2020) et l’Histoire de Nice » et « Bibliographie niçoise de G. S. Pene Vidari » par Olivier Vernier, Catarina Bonzo et Michel Bottin », in Nice Historique 2021, n° 1 et 2, pp. 140-145.
 
Le décès du Professeur Gian Savino Pene Vidari le 17 novembre 2020 ne peut laisser aucun lecteur de Nice Historique indifférent. Ce professeur de la Faculté de droit de Turin, maître incontesté de l’Histoire du droit, président de plusieurs sociétés scientifiques, a animé en effet au cours de sa carrière de nombreuses recherches dont plusieurs ont permis de mettre en valeur l’Histoire de Nice, de sa province et de sa région. Sa disparition donne le recul nécessaire pour dresser un bilan scientifique. Les lignes qui suivent mettront en valeur la durée et la profondeur de ses actions et présenteront les raisons qui font de G. S. Pene Vidari un des historiens de Nice les plus influents de ces trente dernières années.
G. S. Pene Vidari a commencé cette aventure scientifique au début des années 1970 avec des recherches sur le Consulat de Mer de Nice, institution chargée de règlementer et de juger en dernier ressort les affaires maritimes et commerciales. Il la poursuivit avec les premiers contacts noués avec les chercheurs du Centre d’histoire du droit de Nice, Jean-Yves Coppolani puis Maryse Carlin et Paul-Louis Malausséna.
C’est à travers les colloques organisés par le Centre d’Histoire du droit que se fit cette rencontre.On retiendra particulièrement le premier d’entre eux organisé le 25 avril 1985 à l’initiative de P-L Malausséna et de Maryse Carlin, sur le thème Nice au XIX siècle. Mutations institutionnelles et changements de souveraineté. Ce colloque était une « première », à deux titres :
D’abord parce que c’était la première fois que ce thème était abordé. La période, dite « sarde » de 1814 à 1860, avait été jusque-là passablement délaissée par les historiens, souvent réticents pour travailler sur des sources en italien.
Ensuite parce qu’il marquait le début d’une durable collaboration entre les Historiens du droit de Nice et leurs Collègues piémontais. Encouragés par le Professeur Gian Savino Pene Vidari, six d’entre eux avaient fait le déplacement jusqu’à Nice.
Cet événement fut suivi en février 1987 de l’invitation à Turin des Historiens du droit de Nice et des archivistes de la Ville. La visite de l’Archivio di Stato fut un choc culturel et politique. D’immenses salles couvertes de placards jusqu’au plafond y conservaient la mémoire de l’Etat savoisien. Nice y était bien présente. Quelques pièces d’archives exceptionnelles avaient été sorties de leurs cartons pour l’occasion. Marco Carassi, archiviste de talent, commentait. L’Histoire de Nice prenait une dimension nouvelle
Gian Savino Pene Vidari participa de 1985 à 2000 à huit colloques organisés directement par le Centre d’Histoire du droit ou en lien avec d’autres organismes comme les Archives départementales, la Chambre des notaires et les Archives municipales. Il était le plus souvent accompagné par des collègues et chercheurs turinois : La Dédition de Nice à la Maison de Savoie en 1388, l’administration de la justice et les sénats, les Alpes-Maritimes de 1860 à 1914, les Journées internationales d’Histoire du droit, le 121e Congrès des sociétés savantes, l’histoire du notariat, etc. Ces colloques sont signalés en annexe par des astérisques.
            Peu à peu, colloque après colloque, rencontre après rencontre, se dégageait une nouvelle perspective de l’Histoire de Nice, plus large, plus « savoisienne », où Nice apparaissait clairement comme une des capitales régionales des Etats de Savoie. La mise en perspective étatique de ce qu’on nomme communément « Duché de Savoie » ou « Royaume de Sardaigne » changeait la donne : Nice n’était pas un bout de territoire isolé, coincé entre les Gaules et l’Italia, balloté par les guerres, mais un élément majeur de la construction de l’Etat savoisien entre la Provence française et la République de Gênes.
G. S. Pene Vidari a rappelé en 2008 dans sa contribution[1] aux Etudes de droit privé en souvenir de Maryse Carlin[2]  le rôle joué dans cette construction par celle qui présidait alors le Centre d’Histoire du droit. Il précisait en note que « le lien scientifique et d’amitié » qui l’ « unissait à Maryse Carlin datait de la fin des années 1970 ». « Nos rencontres dans son bureau à Nice étaient simples mais toujours concluantes ». Il se félicitait de ces liens personnels qui enrichissaient les rapports institutionnels et qui facilitaient les contacts avec ses collègues niçois. C’est grâce à cela, concluait-il, que les relations ont pu se poursuivre après son décès en 2004.
 
Effectivement la collaboration s’avérait fructueuse au plan humain comme au plan scientifique.
Elle trouvera un nouveau développement dans la mise en place en 2006 d’un grand Programme de Recherches sur les Institutions et le Droit des Anciens Etats de Savoie, le P.R.I.D.A.E.S. Gian Savino Pene Vidari et Marc Ortolani en étaient les concepteurs et les promoteurs.
Il restait à mettre en œuvre un tel projet, unique et complexe, ainsi que l’explique Marc Ortolani : « La puissante équipe des historiens du droit  du Dipartimento di scienze giuridiche-Biblioteca Patetta de l’Université de Turin (DSGBP), qui aurait pu prendre l’initiative de ce projet en raison de son potentiel de recherche et de son avance scientifique dans le domaine concerné, a fait le choix de soutenir l’initiative des historiens du droit du laboratoire ERMES (Université Côte d’Azur) et de constituer avec eux l’axe central du programme PRIDAES[3] ».
 L’initiative connut un succès immédiat. Le colloque Pouvoirs et territoires dans les Etats de Savoie, organisé à Nice l’année suivante, réunit 45 contributeurs. Quatorze Piémontais, de Turin et d’Alessandria, avaient fait le déplacement. On notait aussi la présence de 15 chercheurs niçois.           
 Treize colloques[4], un par an, tous édités sauf le dernier[5], jalonnent cette aventure scientifique. Avec près de 70 contributions, de 2010 à 2020, l’Histoire de Nice y occupe une place de choix. On notera que ce Programme est depuis dix ans un pourvoyeur majeur d’études scientifiques sur Nice. Il faudrait en dresser la liste pour prendre la mesure de l’apport scientifique.
Gian Savino Pene Vidari a suivi jusqu’au bout le développement de ce Programme. C’est encore lui qui, il y a peu de temps, préparait, en concertation avec Marc Ortolani, l’appel à communications du XVe colloque qui se tiendra à Turin à l’automne prochain sur « La loi, expression de la souveraineté, face aux autonomies dans le territoire des anciens États de Savoie. Des franchises à l’Europe des Régions (XVe-XXIe s.) ».
 
***
Le Maître disparu fut un infatigable animateur de la recherche. Il fut aussi un intervenant direct dans plusieurs sujets concernant directement l’Histoire de Nice. Il dirigea même à Turin des sujets niçois pour des thèses de « laurea » et c’est tout naturellement qu’il accepta de préfacer plusieurs ouvrages sur Nice. La liste dressée en annexe illustre cet engagement. Et encore faudrait-il ajouter quelques sujets généraux qui permettent d’éclairer la situation niçoise, comme la politique forestière ou les statuts urbains.
 
Cet hommage serait incomplet s’il ne présentait pas l’enseignant niçois. G. S. Pene Vidari a en effet enseigné à Nice en tant que professeur « invité » pendant plusieurs années. Les nombreux hommages qui lui ont été rendus le rappellent tous : le maître turinois était aussi « professore a Nizza ». Il y a enseigné en Master 2 de Systèmes juridiques et a fait partie du jury de plusieurs thèses, dont celle de Olivier Vernier sur L'assistance privée dans les Alpes-Maritimes au XIXe siècle.1814-1914 en 1987, celle de Marc Ortolani en 1991 sur Tende de 1691 à 1792, celle de Bénédicte Decourt-Hollender en 2005 sur Les attributions normatives du Sénat de Nice 1700-1792 et la même année celle de Jean-Paul Barety, alors président de l’Acadèmia Nissarda, sur Le Sénat de Nice. C'est dans ce contexte de collaboration active qu’il œuvra à la création de la double licence en droit franco-italienne et qu’il la soutint avec constance en tant que membre du Conseil scientifique de l’Université Franco-italienne.
Il reste, pour terminer, à présenter deux allocations de recherche post doctorale qui apparaissent comme le couronnement de cette participation scientifique.
Celle de Bénédicte Decourt-Hollender accueillie par G. S. Pene Vidari à Turin de 2008 à 2011 dans le cadre du programme de recherche sur les « Aspects des institutions et de la pratique de la justice dans les Etats de Savoie à l'époque moderne (XVI-XIXe s.) », sous la direction des Professeurs Gian Savino Pene Vidari et Enrico Genta. Ce programme avait pour objectif de présenter et d’analyser la carrière des magistrats des Sénats du royaume de Piémont-Sardaigne au XIXe siècle ; il a donné lieu à plusieurs publications de la post doctorante.
Celle de Mario Riberi auteur à Turin en 2012 d’une thèse sur La giustizia penale nel Piemonte napoleonico, accueilli à Nice en 2016- 2018 par Marc Ortolani et Olivier Vernier dans le cadre du Laboratoire ERMES. Sa recherche a abouti dans un livre édité par l’ASPEAM en 2019 : Les députés du pays niçois à la Chambre subalpine de Turin (1848-1860).  Un itinéraire historique et juridique.
La moisson est abondante. Tout cela méritait bien cet hommage à Gian Savino Pene Vidari, grand savant, chercheur clairvoyant et animateur infatigable. Sa traversée de l’Histoire de Nice fut une chance et un honneur.
 

 

Bibliographie niçoise de Gian Savino Pene Vidari

Michel Bottin, Caterina Bonzo[6] et Olivier Vernier

 

 
Etudes  sur Nice
·  « Le pays niçois et les travaux de Code de Commerce de la Maison de Savoie », in Provence historique, fasc. 108, 1977, pp. 213-222.
·  *[7]« La juridiction commerciale à Nice au XIXe siècle », in Actes du Colloque réuni à Nice le 25 octobre 1985, Nice au XIXe siècle. Mutations institutionnelles et changements de souveraineté, Centre d’histoire du droit, Nice, 1985, pp. 355-366.
·  « In margine ad un Convegno su Nizzardo e Stato sabaudo nel sec. XIX », in Studi piemontesi XIV-2 (nov. 1985), pp. 315-320.
·  « Note su Statuti di Nizza e tradizione romanistica », in Hommages Gérard Boulvert, Centre d’Histoire du droit, Université de Nice, 1987, pp. 393-406.
·  *« Nice vue de de la presse de Turin. 1870-1871 », in Actes du Colloque réuni à Nice au printemps 1987, Les Alpes-Maritimes 1860 à 1914. Intégration et particularismes, Ed. Serre, Nice, 1988, pp. 279-289.
·  *« Les statuts et les privilèges de Nice et la Maison de Savoie », in 1388. La Dédition de Nice à la Savoie, Actes du colloque réuni à Nice en septembre 1988, Publications de la Sorbonne, Paris, 1990, pp. 337-348.
·  *« Les dessins et les notes du piémontais Clément Rovere sur le Comté de Nice et les Alpes-Maritimes. », in Actes du Colloque Du Comté de Nice aux Alpes-Maritimes : les représentations d’un espace politique et culturel dans l’histoire, dir. P-L. Malausséna et M. Carlin, Editions Serre, Nice, 2000, pp. 199-209.
·  «  La Deputazione subalpina di Storia patria et l'édition de l'Histoire des Alpes maritimes de Pierre Gioffredo », in Hervé Barelli (dir.), Histoire des Alpes maritimes : une histoire de Nice et des Alpes du sud des origines au 17e siècle, Nice Musées, Nice, 2007, pp. 13-17.
 
Etudes générales sur l’Etat savoisien concernant Nice
 
·  « Ricerche sulla giurisdizione commerciale negli Stati sabaudi (1814-1830) », in Bolletino storico-bibliografico subalpino, 1978, pp. 436-566.
·  *« Le contrôle des notaires dans le royaume de Sardaigne au XIXe siècle », in Le Comté de Nice, terre de rencontre du notariat :  Provence, Corse, Piémont, Actes du colloque international, Nice 27-28 mai 1991, Nice [1992], pp. 271-181.
·  « Les tribunaux de commerce en France et en Italie aux XVIIIe et XIXe siècles », in Hommage à Romuald Szramkiewicz, sous la direction de Jacques Lafon, Jean-Louis Harouel, Marie-Bernadette Bruguière, Paris, Litec, 1998, pp. 403-423.
·  *« Les préfets en Piémont » in Actes du colloque sur le Bicentenaire du corps préfectoral, Nice, 28 avril 2000, Recherches régionales. Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, 2001, n° 156, pp. 34-36.
·  *« Sénateurs et culture juridique », in Les Sénats de la Maison de Savoie/ I Senati sabaudi fra antico regime e Restaurazione, Actes du 121e Congrès des sociétés savantes, Nice, octobre 1996, a cura di Gian Savino Pene Vidari, Giappichelli, Torino, 2001, pp. 197-215.
·  *« Le temps et le texte. Quelques notes à propos du Statuto albertino » in Le temps et le droit, Actes des Journées internationales de la Société d'histoire du droit, Nice, 25-28 mai 2000, préface de Michel Bottin, textes rassemblés par Marc Ortolani et Olivier Vernier, Ed. Serre, Nice, 2002, pp. 159-171.
·  « Trattati e plebisciti fra nazionalità e cittadinanza », in F. Peirone, Per Torino da Nizza e Savoia. Le opzioni del 1860 per la cittadinanza torinese da un fondo dell'Archivio storico della Città di Torino, a cura di G.S. Pene Vidari et R. Roccia, Torino, Centro Studi Piemontesi, 2011, pp. 55-65.
·  «  I Senati sabaudi: modelli e tendenze nel corso dei secoli », in Les Sénats des États de Savoie. Circulations des pratiques judiciaires, des magistrats, des normes (XVIe-XIXe siècles), a cura di F. Briegel et S. Milbach, Roma, Carocci, 2016, pp. 75-90.
·  « Les sénats des Etats de Savoie et le Sénat de Turin », in Actes du Colloque réuni à Nice en 2014Le Sénat de Nice. 1614-1860, Edition Acadèmia Nissarda, à paraître.
 
Préfaces
 
· Les Sénats de la Maison de Savoie/ I Senati sabaudi fra antico regime e Restaurazione, Actes du 121e Congrès des sociétés savantes, Nice, octobre 1996, a cura di Gian Savino Pene Vidari, Giappichelli, Torino, 2001.
 
· Bénédicte Decourt Hollender, Les attributions normatives du Sénat de Nice au XVIIIème siècle. 1700-1792, Montpellier, 2008.
· Propriété individuelle et collective dans les Etats de Savoie. Textes réunis par Marc Ortolani, Olivier Vernier et Michel Bottin, P.R.I.D.A.E.S, vol. III. Serre Éditeur, Nice, 2012.
· Michel Bottin, Itinéraires croisés d'histoire du droit entre France et États de Savoie, études réunies par Olivier Vernier et Marc Ortolani, ASPEAM, Nice,2015.     
· Les juristes des Etats de Savoie. XVIe-XVIIIe siècle. Entre modèles nationaux et science européenne, Textes réunis par Marc Ortolani, Bénédicte Decourt-Hollender et Olivier Vernier, P.R.I.D.A.E.S., Volume VIII, Serre Éditeur, Nice, 2018.       
· Intégration des étrangers et  des migrants dans les Etats de Savoie depuis l’époque moderne, Textes réunis par Marc Ortolani, Karine Deharbe et Olivier Vernier, P.R.I.D.A.E.S., Volume XI, Serre Éditeur, Nice, 2019.
 
   Thèses de laurea
 
·  Vanessa Boero, Rapporti tra la contea di Nizza e gli organi centrali sabaudi nel periodo della Restaurazione, tesi di laurea in Storia del diritto italiano, Torino, 1999.
·  Filippo Armellino, Istituzioni sabaude a Nizza nel periodo della Restaurazione : il contrabbando del sale, tesi di laurea in Storia del diritto italiano, Torino, 2003-2004.
·  Matteo Arrotta, Ricerche storico-giuridiche sulla cessione di Tenda e Briga Marittima, tesi di laurea in Storia del diritto italiano, Torino, 2004.
·  Francesca Marchese (Francesca), Aspetti delle istituzioni a Nizza tra dominazione sabauda e francese : la regia camera di agricoltura e di commercio,  tesi di laurea in Storia del diritto italiano, Torino, 2005/2006.
 
 
 
 


[1] Son sujet avait pour titre : « Sur le classement du contrat d’assurance ». La présentation commençait par la définition du contrat d’assurance telle qu’on la trouve chez Azuni, le célèbre commercialiste et maritimiste sarde juge au Consulat de Mer de Nice et auteur d’un réputé dictionnaire de droit commercial imprimé à Nice en 1786 en quatre volumes. C’était le cadeau  niçois qu’il offrait à Maryse Carlin.

[2] Editions la Mémoire du droit, Paris, 2008, pp. 688-697.

[3] Présentation dans le site du Laboratoire ERMES.

[4] Tenus dans des villes situées dans l’aire historique des Etats de Savoie ( Nice, Imperia, Turin, Chambéry, Menton, Cuneo, Genève) ou en périphérie (Lyon)

[5] Et le N° IX : Fodéré et la naissance de la médecine légale moderne : doctrines, pratiques, savoirs et réseaux d’experts, des Lumières au début du XXe siècle, Genève, 2015, en cours d’impression, Presses Universitaires de Rennes (s.d. L. Chappuis, F. Chauvaud, M. Ortolani, M. Porret).

[6] Professeur,Université de Turin, Dipartimento di Giurisprudenza.

[7] Les astérisques signalent les colloques tenus à Nice de 1985 à la création du P.R.I.D.A.E.S.

1 -